Partager sur:

La Commission Technique et de Développement de la Fédération Ivoirienne de Football a rencontré l’Association des Entraineurs et Educateurs de Football de Côte d’Ivoire (AEEFCI), le jeudi 8 Août dernier au siège de la FIF. Un rendez-vous, à l’initiative de l’AEEFCI, qui a permis de trouver des éclairages à plusieurs doléances des entraineurs.

Le bureau de l’AEEFCI et celui de la Commission Technique et de Développement de la FIF se sont rencontrés comme convenu depuis la dernière Assemblée Générale de Yamoussoukro. L’échange a tourné autour des doléances des Entraineurs. M. Djiké Désiré, 5è vice-président et porte-parole du bureau a présenté des doléances en dix points.

M. Sory Diabaté, président de la Commission Technique et de Développement, a rassuré les Entraineurs que la FIF ne ménagera aucun effort pour leur apporter des réponses. Etant donné que les Entraineurs sont l’un des maillons du développement du football ivoirien.

Ainsi, sur les dix points évoqués, le Président Sory a donné son accord. A l'exception de trois points. En ce qui concerne le demi-tarif des stages, il a réitéré que l’accord donné depuis la création de l’Association des Entraineurs n’a encore fait l’objet de retrait. Il est allé plus loin en revenant sur ce même demi-tarif accordé aux anciens internationaux.

Sur leur souhait d’être membre de la Ligue Professionnelle et de la Ligue de Football Amateur, le Président Sory n’a vu aucun inconvénient. Idem pour les locaux de la FIF que les Entraineurs désirent obtenir pour leurs différentes réunions.  

Concernant le souhait de participer aux projets de développement, le Président Sory a indiqué qu’ils sont les bienvenus. « Tout ce qui concerne le développement, vous êtes le bienvenu. La FIF doit même recruter d’autres responsables techniques pour renforcer l’effectif de la DTN. Ils seront le demembrement de la DTN impliqués dans la politique de developpement de la Commission Technique et de Developpement  pour gérer les compétitions dans les Ligues».

Sur le voler de la création d’une Commission de contrôle des diplômes, le Président Sory n’a pas trouvé d’inconvenants. Mieux, il a proposé que cette Commission soit constituée de trois membres de la DTN et deux personnes de l’AEEFCI. Séance tenante, il a donné des instructions avec un délai d’une semaine pour constituer cette Commission de contrôle des diplômes afin qu’elle se mette au travail.  

Pour l’aide à l’Assurance-maladie de ses membres, le Président Sory a été clair. « L’Assurance FIF prend en compte que 76 entraineurs en activité en Ligue 1, Ligue 2 et D3 », a-t-il indiqué tout en proposant aux Entraineurs de faire parvenir leurs différentes propositions afin que la FIF regarde ce qui est possible de faire.  

Concernant la médiation auprès des dirigeants clubs, la subvention de 10 à 15 millions, la suppression du mode de couverture des entraineurs n’ayant pas de diplômes, le Président Sory renvoyé la balle dans le camp de l’AEEFCI.  

Membre de la Commission Technique et de Developpement, M. Bema Doumbia a invité l'AEEFCI à bien regarder les lois de jeu qui ont subi beaucoup de modifications. 

Pour rappel, l’Association des Entraineurs et Educateurs de Football de Côte d’Ivoire est l’un des cinq groupements d’intérêt de la FIF. Elle est présidée par M. Kaé Oulaï.

TIEMELE Ives

 

Les 10 Doléances de l’AEEFCI

1) Les Entraîneurs et Educateurs membres de l’AEEFCI souhaitent payer demi-tarif lors des stages de formations organisées par la DTN.

2) L’AEEFCI souhaite avoir des membres à la ligue professionnelle ainsi qu’à la ligue amateur.

3) L’AEEFCI souhaite un stage de formation ou d’observation à l’étranger pour le meilleur entraîneur de la ligue 1 de chaque saison.

4) L’AEEFCI souhaite avoir une subvention de quinze million (15 000 000) de francs CFA pour ses activités, voire ses projets par an.

5) L’AEEFCI souhaite avoir votre médiation auprès des présidents et acteurs de football pour l’adoption de son Statuts et Règlements intérieur déposés dans vos locaux.

6) L’AEEFCI souhaite avoir la permission de tenir ses réunions et ses manifestations dans les locaux de la Fédération et au Centre Technique du Football à Bingerville. Au besoin, avoir votre aide pour obtenir un local ailleurs que ces deux(02) endroits indiqués.

7) L’AEEFCI souhaite la suppression du mode de ‘’ Couverture ‘’ des entraîneurs n’ayant pas les diplômes requis selon la division.

8) L’AEEFCI souhaite la création d’une commission de contrôle de diplômes des Entraîneurs et Educateurs exerçant sur le territoire ivoirien et souhaite y être membre.

9) L’AEEFCI souhaite aussi l’aide de la Fédération pour une assurance maladie pour ses membres.

10) L’AEEFCI souhaite participer aux projets de développement du football local et souhaite être convier ou associer à toutes les réunions concernant le développement du Football en Côte d’Ivoire.

I.T.