Partager sur:

Le réalisme et la classe de Jonathan Kodja (31è) et Wilfried Zaha (69è) ont permis aux Eléphants de dominer les Russes (2-0) en match amical international ce vendredi 24 mars 2017 à Krasnodar en Russie.

Dans ce stade de Krasnodar, 32000 places, acquis à la cause des Russes, les Eléphants ont réussi à renverser, en leur faveur, tous les pronostics.

Alors qu’ils étaient privés du ballon, en souffrance dans les couloirs, dominés dans les airs, Jonathan Kodja et Wilfried Zaha ont trouvé le moyen de couper l’appétit des supporters russes.

Tout est parti d’un service de Kessié Franck dans le camp adversaire. Solide, rapide, Jonathan Kodja réussissait la course et le combat physique engagé.

A quelques mètres de la ligne de but, il trouvait des ressources pour redresser le ballon avant d’ouvrir le feu (1-0, 32è).

Le sociétaire Aston Villa, surnommé « l’Eléphant de Bouaké » donnait ainsi l’avantage psychologique aux Eléphants avec ce cinquième but signé en équipe nationale.

Les Sbornaya continuaient de bien quadriller le terrain. Pendant ce temps, ils avaient aussi le feu dans le dos. Les enchainements de Wilfried Zaha ne finissaient pas.

Avant la pause, l’attaquant de Crystal Palace mettait trois joueurs russes dans le vent. Mais le récital n’aboutit pas. Sio Giovanni, à la conclusion de cette dernière action, manquait le caviar.

En seconde mi-temps, les Sbornaya étaient toujours en place. Dominateurs mais non réalistes dans les actions aériennes.

Ils titillaient tout de même les Ivoiriens sans trouver la moindre faille dans une défense ivoirienne bien regroupée.

Mais ce temps ne fut pas très long. Les Ivoiriens resserrent les lignes.

La tendance est désormais favorable aux Ivoiriens plus présents dans les duels.

A la 63è, Wilfried Zaha se lançait dans un «one-man-show ». Il le réussit parfaitement. Talentueux dans la technique, Wilfried Zaha brulait la politesse à quatre joueurs, comme du couteau dans le beurre avant de fusiller le portier russe (2-0, 69è).

Du rythme, de la classe pour ce jeune talent qui signe définitivement son intégration.

Les Eléphants marchent en super. Ils sont aussi bien relancés dans le match, empêchant les Russes de réduire le score jusqu’à la fin de la rencontre.

Ce succès des Eléphants est le signe d’un travail bien accompli par le coach intérimaire, Kamara Ibrahim.

Pour la première fois de l’histoire, Ivoiriens et Russes se sont quittés sur un nul (1-1) en 2012. La Russie menait à la mi-temps (1-0).

Cinq après, cette statistique a été bouleversée par les Eléphants qui affronteront, toujours en amical, le Sénégal, ce lundi à Paris.

Ives TIEMELE 

I.T.