Partager sur:

 

Nommé mardi au poste de nouveau sélectionneur des Eléphants, Marc Wilmots a tenu sa première conférence de presse, ce mercredi au Plateau (Abidjan). Après avoir paraphé son bail de deux ans avec option, l’ancien sélectionneur de la Belgique a dévoilé ses ambitions pour la Côte d’Ivoire. Voici les grandes lignes de son intervention.

 

Pourquoi a-t-il opté pour la Côte d’Ivoire ?

J’ai choisi la Côte d’Ivoire à cause de la qualité de l’équipe et du projet qui m’a été soumis. J’ai eu plusieurs propositions que j’ai reçues à l’image de l’Algérie en septembre dernier. Mais je les ai toutes refusées parce que je ne les sentais pas. J’ai 48 ans et à un moment de ma vie, j’estime que j’ai des choix importants à faire. Toute la Belgique a été surprise par mon choix de venir en Côte d’Ivoire. Mais moi j’agis surtout au sentiment et à l’instinct. Quand le président de la FIF m’a appelé, j’ai eu un bon feeling avec lui. De même, je dois avouer que j’avais eu un coup de cœur pour cette équipe ivoirienne durant plusieurs éditions de la Coupe d’Afrique. Elle me faisait vibrer à travers ses joueurs. La Côte d’Ivoire a eu une génération dorée de joueurs exceptionnels. Mais actuellement, elle est dans le trou. Ce fut le cas avec l’équipe nationale de Belgique durant 12 ans avant que je ne vienne. Détruire c’est facile mais construire c’est plus dur. J’aime construire et j’aime ce challenge que constitue la Côte d’Ivoire. Il y a beaucoup de talents. Je vais scruter le pays pour trouver les meilleurs joueurs pour offrir du bonheur au peuple ivoirien.

 

Son manque d’expérience africaine

Je viens pour apprendre beaucoup de chose en Afrique. Mais je viens pour m’occuper surtout de mon équipe. C’est-à-dire une Côte d’Ivoire qui veut gagner. Je n’attaque pas ce challenge avec des appréhensions. Je vais regarder le match amical de la Côte d’Ivoire face au Sénégal pour me faire une idée des réalités africaines. Je vais très vite me mettre à la tâche car le premier objectif est de se qualifier pour la Coupe du Monde. C’est un rêve pour chaque pays et chaque génération de joueurs. Nous allons tout faire pour y arriver.

 

L’appel à candidature

Je n’ai jamais envoyé mon C.V nulle part. Ce fut le cas avec la Belgique ou encore avec l’Algérie ou encore les clubs qui m’avaient sollicité. Je ne suis pas prêt à envoyer mon C.V à quelqu’un. Je pense que les spécialistes du football me connaissent. Les personnes qui ont envie de Marc Wilmots l’appellent.

 

Son contrat de 2 ans est-il suffisant ?

Il faut dire que ce n’est pas suffisant surtout quand on veut voir la progression des joueurs. Je suis dans une situation où il me faudra faire un état des lieux pour savoir quels joueurs veulent encore poursuivre l’aventure avec la sélection et les jeunes qui peuvent nous rejoindre. N’oubliez pas que je suis allé à la Coupe du Monde 2014 avec la sélection la plus jeune. En France, mon groupe avait une moyenne d’âge de 24 ans. Ceci étant, il faudra très vite que nous mettions tout en œuvre pour être performant sur du court terme. C’est important au vu des objectifs que n’avons.

 

Staff technique

Mon préparateur physique qui est aux Emirats Arabes Unis va me rejoindre dès le 1er avril. Il s’appelle Mario Innaurato. C’est aussi un entraîneur- terrain en plus d’être préparateur physique. Je travaille avec lui depuis 13 ans et il a une grande expérience des tournois internationaux avec les J.O 2014 et l’Euro 2016. Ce sera le premier qui viendra avec moi. Je vais ensuite analyser, vu que c’est maintenant que je commence à m’imprégner du fonctionnement de la Fédération. Au fur et à mesure, je vais étoffer le staff technique vu que j’ai carte blanche pour choisir mes collaborateurs. Mon but est d’avoir un staff technique performant.

 

Son projet de jeu

La Côte d’Ivoire est à un tournant de son histoire après avoir bénéficié d’une génération exceptionnelle. Il faut retrouver des joueurs de qualité. Je vais regarder poste par poste pour rebâtir une équipe compétitive. J’ai un système de jeu qui est un 4-2-3-1. Dans chaque poste, il faut 4 voire 5 candidats. On prévoira aussi un système de jeu similaire pour les Espoirs afin qu’ils s’adaptent déjà au jeu de l’équipe senior. J’aime jouer avec un seul milieu défensif. Il devra notamment être discipliné, grand, fort et avoir des relances simples. Voilà en gros mon projet de jeu.

 

Critères de choix des joueurs

Je ferai d’abord un état des lieux durant deux mois pour voir le niveau de performance des joueurs. Je tiens à rassurer tout le monde, il n’y aura aucune pression des clubs, ni des agents de joueurs. Il ne m’est jamais arrivé qu’on me propose des joueurs en sélection. Cela ne va pas changer. Je ne connais pas encore l’environnement des Eléphants. Mais s’il y a des choses qui ne vont pas, je n’hésiterai pas à rectifier le tir. En clair, je ne prendrais que les joueurs qui jouent bien. Peu importe, s’ils sont jeunes ou plus âgés. Pour moi, ça n’a aucune importance. Chaque joueur devra être constant pour être sélectionné. C’est pour moi un critère essentiel.

 

Comment compte-t-il gérer son vestiaire ?

Il y a beaucoup de qualité en Côte d’Ivoire. Maintenant, il faudra aussi du respect et de la discipline. On se parlera entre 4 yeux. Je serai le seul patron à bord. J’adore la transparence, l’honnêteté et le travail. Ça ne changera pas ici. Je mettrai un cadre de travail entre moi et mes joueurs. Sinon on n’y arrivera pas. Si on évolue en équipe, nous serons forts. J’espère que tout le monde comprendra cela sinon ce sera difficile de travailler avec moi.

 

Le cas Touré Yaya

 

J’ai eu l’occasion de voir Touré Yaya évoluer à Manchester City en position de milieu défensif. Il est à chaque fois énorme. Il est bon physiquement. J’irai le voir. Je discuterai avec lui. J’ai eu cet âge de 33 ans aussi. Je connais l’importance d’avoir des joueurs d’expérience. Il n’est pas fini. Mais il faut aussi qu’il ait envie de revenir. Il est le seul à pouvoir répondre à la question de son retour. Toujours est-il que le cas Touré Yaya sera l’une de mes premières missions. J’irai vers Touré Yaya. Tout comme j’irai m’enquérir de la blessure de Gervinho et de l’avenir de Salomon Kalou avec les Eléphants. On a toujours besoin des hommes d’expérience et de jeunes pour reconstruire cette équipe ivoirienne.

 

Hervé Renard et les Eliminatoires du Mondial

J’ai pour coutume de ne pas juger mes collègues par respect pour eux. Je ne parle pas des autres coaches. J’apprécie leur travail. Pour moi, le silence est d’or. Je préfère me concentrer sur mon boulot qui est de diriger les Eléphants et les résultats. Comme je l’ai dit, il faut coûte que coûte que la Côte d’Ivoire se qualifie pour le Mondial 2018. Elle en a les moyens.

 

 

 

FIF