Partager sur:

De retour d’un stage CAF en Egypte du 3 au 7 novembre dernier, où il était avec Kassi Kadio Lucien, Koné Tiègbè, le Directeur Technique de la Fédération Ivoirienne de Football dresse un bilan de ce séminaire dans lequel il fait retenir que les formateurs doivent être bien formés afin de mieux agir sur les joueurs pour le développement de notre football.  

Entretien

 

Vous étiez au Caire pour un séminaire, il y a quelques semaines. De quoi était-il question ?

C’était un stage FIFA/CAF pour former les formateurs d’entraineurs. Ce stage portait sur trois sujets. Le rôle des formateurs d’entraineurs, ses responsabilités et ses missions. Ce sont sur ces notions que nous avons travaillé. C’était un stage composé de théorique et de pratique. Nous avons travaillé avec des entraineurs et des gamins. Pendant que vous entrainez les gamins, vous impliquez les éducateurs qui sont avec vous comme si c’était des entraineurs en formation. C’est la première étape.

L’autre étape est qu’une autre personne contrôle le travail que vous faites. Il y a des critiques qui se font en salle. Il faut utiliser l’ordinateur pour projeter les vidéos. Il faut savoir communiquer avec un entraineur qui vient de finir une séance. Vous faites la critique en posant des questions sur les aspects positifs en l’amenant à découvrir les faiblesses et les  satisfactions et ce qui doit améliorer, etc.

Aussi, faut-il penser qu’on peut travailler hors du pays. Il faut savoir parler deux langues. Cela est aussi nécessaire sinon vous êtes obligé d’engager un traducteur. L’andragogie était au centre du travail puisqu’il s’agit de formation des adultes. On travaille en groupe et on échange beaucoup.

J’ai souhaité qu’un parmi les nouveaux qui sont arrivés à la DTN puisse partir avec moi. C’est pourquoi je suis parti avec Kassi Kadio Lucien. J’ai souhaité cela pour qu’il ait les notions de ce niveau là afin de relever le défi ivoirien qui est de participer à la formation des autres ivoiriens. Kassi Kadio Lucien est titulaire de la Licence A-CAF. C’est donc normal qu’il obtienne cette chance de participer à cette formation.

 

Quel est l’apport de cette formation sur le football ivoirien ?

Cette formation va servir à deux choses. La première des choses est de former encore mieux les cadres ivoiriens. Notamment Kassi Kadio Lucien qui est apte à former les entraineurs pour la Licence D et C. Vous savez que ce sont les entraineurs qui agissent directement sur les joueurs. Si les formateurs sont bien formés, notre football va bien s'améliorer parce que les formateurs vont bien agir sur les joueurs. C’est un stage tellement pratique que nous avons passé six jours à travailler de façon intense. C’était un stage enrichissant. Si on veut développer le football, il faut d’abord former les encadreurs, les entraineurs. Pour bien former les entraineurs, il faut que les formateurs d’entraineurs soient eux-mêmes bien formés.

 

Cette formation des formateurs d’entraineurs va-t-elle s’étendre à tous les membres de la DTN ?

Bien sur. L’idée de la FIFA et la CAF est de faire venir moins d’entraineurs à l’étranger. Les instructeurs locaux doivent déjà formés les autres. C’est un projet qui s’étend sur quatre ans. Si la FIFA et la CAF font la demande, on pourra faire partir d’autres membres pour être formés. On le fera selon les diplômes, les compétences, les talents et les missions attribuées aux membres de la DTN. On ne le fera pas par amitié parce que la FIFA et la CAF recherchent la compétence. Il s’agit donc de défendre la cause de la Côte d’Ivoire à l’extérieur.   

Entretien réalisé par TIEMELE Ives

I.T.