Partager sur:

C'est un président heureux qui a accepté, au terme du match Asec- Africa (2-1) disputé au stade de la Paix de Bouaké, de s'adresser à la presse. M. Sory Diabaté n'a pas envie de s'arrêter à cette rencontre. Tout en saluant le public et le spectacle, il promet que Bouaké devrait voir d'autres grands matches de la Ligue 1.

Président, vous avez pris le risque de faire jouer ce match à Bouaké. Quelle appréciation faites-vous au terme de la rencontre ?

C'est une satisfaction totale. Je pense que nous avons eu raison de venir ici (NDLR : Bouaké). C'est pour cela qu'il faut, de temps en temps, se laisser guider par son instinct. Des fois, on prend des décisions où on se dit est-ce que nous sommes des gens normaux. Mais après, le résultat vous donne raison. Aujourd'hui, nous avons eu raison de venir à Bouaké. Avec le président de la Fif, nous avons pris la décision de venir. Parce que le peuple de Bouaké avait besoin de cela. Nous sommes satisfaits. Parce que nous attendions au moins dix mille personnes. Aujourd'hui, nous avons au moins quinze mille personnes dans ce stade. Nous n'espérions pas tant.

Êtes-vous satisfait du spectacle produit par les deux équipes ?

Un derby Asec - Africa est toujours un match très fermé. Aujourd'hui (ndlr : samedi 20 mai), il y a eu trois buts. Nous avons été servis par les acteurs. Il y a eu un bon esprit dans ce match et le public s'est bien régalé. Tout le monde est content.

Faut-il espérer d'autres Asec- Africa à Bouaké?

C'est une expérience à renouveler. Je pense que ça fait énormément plaisir. Depuis vingt ans, on n'a pas vu un match du championnat avec autant de spectateurs. Il est évident que le stade Champroux ne pouvait pas accueillir un tel spectacle. Nous sommes très heureux et je dis merci au public de Bouaké qui a fait le déplacement, à la presse qui nous a soutenu la fédération en faisant la promotion de ce match. Merci particulièrement à Monsieur le président de la République, Alassane Ouattara, au premier ministre, à tous les membres du gouvernement. Singulièrement à notre ministre des sports et à celui qui assure l'intérim, le ministre du tourisme. Un grand merci au ministre des transports Amadou Koné qui a été avec nous dans les négociations, dans les discussions pour que nous soyons à Bouaké. Ainsi que tous les autres ministres qui nous ont apporté leur appui pour que le match se réalise dans de bonnes conditions.

Justement, le fait que le gouvernement se soit impliqué en offrant gracieusement l'entrée du stade au public de Bouaké, qu'est-ce que cela représente pour vous?

Le gouvernement a pris en charge la recette totale du stade. Ce qui veut dire que ce n'est pas un manque à gagner pour nous. Le gouvernement a offert les tickets à tous ceux qui voulaient venir au stade. Je pense que c'est un geste que le gouvernement a fait pour la population de Bouaké qui en avait besoin après ce qu’il s'est passé ces derniers temps. Je pense que nous sommes contents quand on voit ces moments, cette ambiance. C'est ce que nous voulons en Côte d'Ivoire. L'ambiance du bonheur et beaucoup de plaisir. Et si le football peut jouer sa partition dans la consolidation de la paix, nous sommes là chaque fois qu'on aura besoin de nous.

C'est une fin de saison qui s'annonce époustouflante...

Oui la fin de saison est très engagée. Ces quatre journées qui restent à disputer seront très animées. Parce que la différence de trois points entre le premier et le deuxième est maintenue. Les autres équipes comme le Séwé Sport et l'As Tanda sont encore dans la course. Le titre n'est pas encore joué. Je souhaite voir le titre être attribué à la dernière journée du championnat. Pour montrer qu'il y a du bon football en Côte d'Ivoire. Et il y a des bons acteurs. Je voudrais dire merci aux vingt-deux acteurs. Je voudrais dire merci aux dirigeants de l'Asec Mimosas et de l'Africa Sports qui font du bon travail tous les jours pour que le football ivoirien aille de l'avant.

Source : Soir Info

I.T.