Partager sur:

Au cours de sa conférence de presse, ce jeudi, M. SORY DIABATE, 1er vice-Président de la FIF a apporté des réponses à certaines allégations véhiculées par les clubs qui demandent la révocation du Président de la FIF et du Comité Exécutif.

Morceaux choisis.  

 

Championnat de Ligue 1 avec 16 clubs ?

« Le championnat n’est pas achevé. Mais il se déroule normalement. Avant de commencer la Ligue 2, nous avons eu une réunion avec les clubs pour lancer la saison. Tous les clubs étaient là. On leur a demandé leurs observations sur la saison écoulée. Comme on l’a fait avec les clubs de la Ligue 1. Les clubs n’ont rien eu à dire. Pour nous, il n’y avait rien. La seule chose qui a été dite est venue de Bictogo Salif qui a demandé de réfléchir sur le nombre de club en Ligue 1, parce que la Ligue 2 est trop difficile. Il y a 24 clubs et il n’y a que deux qui montent. Il a demandé de voir comment on peut passer de 14 à 16 clubs en Ligue 1. Je l’ai même chambré. Avant, quand on évoquait l’augmentation des clubs en Ligue 1, il disait non. Bictogo Salif était membre de la Ligue Professionnelle. J’ai dit qu’on n’est pas fermé à la discussion mais qu’il faut des arguments pour soutenir cette position. Si c’est pour augmenter le nombre de matchs, on a proposé une Super Ligue 1. On était à deux doigts de l’organiser et les clubs ont dit non (…). Les gens racontent beaucoup de choses. Quand les gens ont vu qu’on a bouclé le financement sur la Ligue 1, ils se sont rabattus sur la Ligue 2 pour dire que les clubs ont été abandonnés ».

 

Exclusion de Me Roger Ouégnin

« Me Roger Ouégnin est devenu le fonds de commerce de certaines personnes. Ils disent : comment des gens comme Me Roger Ouegnin ne sont pas associés à la gestion le football. Je vais leur rappeler que quand le Ministère des Sports nous a demandé de donner deux représentants pour la professionnalisation du football en Côte d’Ivoire, à la demande du Président Augustin Sidy Diallo, la FIF a écrit pour désigner Me Roger Ouégnin et M. Pierre Gondo. Pourtant, Me Roger Ouégnin n’est pas membre du Comité Exécutif de la FIF. On connait son expertise en la matière. On ne l’a jamais exclu. Quand j’ai une formule de championnat à proposer, j’échange avec lui. Il y a des gens qui ne lui ont pas adressé la parole pendant deux ans. Aujourd’hui, ce sont eux qui disent qu’on l’a exclu. Me Roger était en Côte d’Ivoire quand il y avait le CHAN 2009. Pourquoi on ne l’a pas nommé ? Feu le Président Dieng Ousseynou également était là. Pourquoi on ne l’a pas nommé membre du Comité d’organisation. Chacun a choisi ses hommes pour travailler. Mais il reste toujours une personne ressource qu’on peut contacter à tout moment. Quand on a mis sur pied un comité pour aller défendre la candidature de la Côte d’Ivoire pour l’organisation de la CAN 2021, Me Roger Ouégnin était avec nous. On l’a sollicité. Aujourd’hui, on veut nous opposer à Me Roger Ouegnin. Laissez-le faire son combat tout seul. Il n’a pas besoin de quelqu’un. Me Roger Ouegnin sait où se trouve ses intérêts et il sait se défendre tout seul. S’il a un problème avec la Fédération, il sait comment le régler. Le Président Feh Kessé a été nommé par décret et c’est lui qui nomme ses hommes... ». 

 

Allégations de MM. Salif Bictogo et Abdoulaye Koné

« Je répondrai à Salif Bictogo bientôt. Mais, je me dois de rectifier des énormités qu'il a dites dans les journaux. Il dit des choses qu'il ne maîtrise pas. Il parle trop sans rien dire. Je me demande d'où tire-t-il toutes ces informations erronées. Il doit être responsable. Que Salif Bictogo et Abdoulaye Koné qui m’attaquent sur ma vie privée et arrêtent leurs manœuvres sordides. Abdoulaye Koné affirme que j'ai acquis des biens immobiliers à partir des ressources de la FIF. Une véritable montagne de mensonges, car il n'en est rien du tout. Je les invite à juger le travail de la FIF avant et après 2011 jusqu’à ce jour. Depuis que nous sommes là, nous ramenons une médaille chaque année, ce qui n'était pas le cas avant. Tous nos comptes sont certifiés à nos assemblées générales et sont disponibles au siège. Évidemment, comme MM. Salif Bictogo et Koné Abdoulaye ne viennent jamais à ces rendez-nous, ils ne sont au courant de rien. Je les comprends, ils sont dépassés par les événements parce qu'ils sont manipulés et obnubilés par notre départ. Bictogo, lui, est dans une logique. J'aurai le temps d'en dire plus. Nous avons observé le silence parce que nous sommes occupés à travailler pour le football ivoirien. Eux, ils peuvent raconter des mensonges mais la Côte d'Ivoire saura tout sur leurs manœuvres et leurs commanditaires ».

 

Retraite internationale de certains joueurs

« J’entends des gens dire qu’ils auraient pu encadrer les jeunes. Mais qui les a chassés de l’équipe nationale ? On nous dit que la FIF a précipité la retraite internationale de certains joueurs. C’est faux ! Quand un joueur prend sa retraite internationale sans même informer la Fédération, qu’est-ce qu’on peut faire ? A un moment, certains comme Copa Barry, Salomon Kalou et Serey Dié nous ont fait part de leur volonté d’arrêter avec la sélection. On les a convaincus afin qu’ils continuent l’aventure. Et ils sont restés. Mais quand c’est dans la presse qu’on apprend qu’un joueur a décidé d’arrêter, il est difficile de pouvoir faire quelque chose ».

 

L’affaire Bonaventure Kalou

« En 2013, c’est le Président Sidy Diallo qui a décidé de faire venir Bonaventure Kalou au sein de l’équipe nationale. Il prend des pseudos pour nous attaquer sur les réseaux sociaux. Quand il a fait sa conférence de presse, nous avons appelé les responsables de Canal Plus pour leur demander si cela leur ferait plaisir qu’un employé de la FIF s’en prenne à eux. Ils ont répondu non. Ils ont alors pris leurs responsabilités. On ne peut pas attaquer Sidy Diallo et dans le même temps, aller animer un spectacle qu’il organise ».

Le retour de Yaya Touré en Equipe nationale

« Le Président Sidy Diallo et moi-même avons eu Yaya Touré au téléphone. Il nous a répété son souhait de revenir en sélection. On lui a dit que la porte lui était ouverte. La sélection n’est fermée à personne. On sera content qu’il revienne ».

Propos recueillis par Ives TIEMELE

 

I.T.