Partager sur:

La formation de Williamsville Athletic Club d’Adjamé (WAC) rentre dans l’histoire de la Coupe de la Confédération. Les Guêpes du WAC affrontent la formation du CARA du Congo, ce dimanche 6 mai 2018 à 19H00 au stade Houphouët-Boigny dans la cadre de la première journée. Un grand évènement qui excite l’équipe du WAC. Notamment le capitaine Kouamé Diallo qui pense faire honneur au public ivoirien.  

En tant que joueur, c’est votre première participation à la phase de groupe d’une compétition africaine. Quel sentiment vous anime ?

C’est une grande première pour moi et mes coéquipiers. C’est vraiment excitant.  Du coup, nous avons hâte de jouer ce dimanche et on espère être à la hauteur de cet évènement afin de faire honneur à nos encadreurs et surtout au public ivoirien qui effectuera le déplacement.

Vous affrontez le CARA du Congo, ce dimanche. Quelle information avez-vous de cette équipe ?

Nous avons une idée de l’adversaire.  C’est une équipe qui a beaucoup de joueurs expérimentés et qui évolue depuis longtemps ensemble. Il y a beaucoup de complémentarité entre les joueurs. Ils se projettent rapidement vers l’avant. Nous en avons discuté entre coéquipiers et le staff technique. Nous pensons avoir trouvé la formule adéquate pour les contenir. Ajouter à cela, il y a la qualité du jeu et aussi notre philosophie de jeu. C’est sûr que nous allons nous créer des occasions et il va falloir les concrétisés et remporter ces 3 points.

En tant que capitaine, que faites-vous concrètement pour motiver vos coéquipiers à l’approche de ce match ?

Aux entrainements, j’essaie de donner le maximum de moi-même pour leur montrer tout l’importance du match. J’essaie de les motiver, tout en leur partageant ma petite expérience acquise lors de mes deux participations aux dernières éditions CHAN (Rwanda et Maroc). Nous sommes un en esprit et je sais que cela va porter son fruit.

Avez-vous le soutien du public ? quel message voulez-vous lancer ?

Le quartier de Williamsville (commune d’Adjamé) est mobilisé et bien plus. Je reçois des messages et des appels pour dire que les autres communes viendront soutenir le WAC, ce dimanche. Et cela m’a fait chaud au cœur. A un moment, nous avons vu que le public ivoirien s’était désintéressé du football ivoirien. Mais actuellement, nous voyons qu’au travers de nos petites prestations, le public a repris goût à la chose. Cela nous fera un grand plaisir de savoir qu’il y a des gens pour nous soutenir. En retour, nous allons leur donner la monnaie de leur soutien. 

Entretien réalisé par Ives TIEMELE et Armel YAPI

I.T.