Partager sur:

Le Sélectionneur des Eléphants de Côte d’Ivoire s’est prononcé sur le tirage au sort de la prochaine CAN qui aura lieu au Cameroun en 2022. Logée dans la poule E, la Côte d’Ivoire disputera son gros match face à l’Algérie. Une affiche majeure que Patrice Beaumelle apprécie à sa juste valeur. Pour lui, il faut faire le nécessaire pour éviter que ce dernier de groupe soit une finale.

 

Quel regard jetez-vous sur le tirage au sort de cette CAN 2022 ?

Globalement, toutes les  six poules sont équilibrées. On retrouve des géants d’Afrique et des outsiders qui ont mérité leur place dans cette Coupe d’Afrique. Donc chaque match va être difficile. Ça sera une CAN 2022 très ouverte. Et, je pense qu’on va assister à une magnifique compétition.

Cette CAN paraît-t-elle plus relevée que cette de 2019 ?

Il est difficile de comparer les éditions. Il va falloir jouer tous les matchs à fond. Il y aura quelques absents  de marque. Mais, on se connaît dans cette Coupe d’Afrique. C’est la mixité, c’est le multiposte, c’est surtout la rencontre de plusieurs pays  d’un continent qui manquent de Football.

On peut donc s’attendre à une grande CAN ?

 Je pense que ça sera une grande CAN dans un grand pays de football. On va voir une belle compétition dans de beaux stades aussi. Et, j’espère avec du public. La dernière fois que le Cameroun avait organisé la CAN, c’était en 1972. Ça fera donc  50 ans après. Ça va être une belle compétition. Et, très disputée. C’est l’idéal puisque, c’est en janvier et février et je trouve qu’à cette période les joueurs ont plus d’énergie et de tonus qu’en juin et juillet  ou c’est toujours difficile pour les organismes.

Quelle est l’affiche majeure de cette CAN ?

L’affiche majeure sera inconsciemment Algérie-Côte d’Ivoire. Cette rencontre nous inspire beaucoup. Ça sera le dernier match. Et,  c’est à nous de faire le nécessaire pour éviter que ce ne soit pas une finale. On ne va pas se focaliser uniquement sur ce match.

Et pourquoi ?

Avant cela, il va y avoir deux matchs très importants  contre deux équipes pour qui j’ai beaucoup de respect. Que ce soit la Guinée-Equatoriale et la Sierra Leone, ce sont des équipes à prendre très au sérieux.  Elles seront  difficiles à jouer  parce qu’elles ont de bons joueurs. On va déjà se concentrer sur le premier match contre la Guinée-Equatoriale, ensuite la Sierra Leone  avant d’envisager le dernier match contre l’Algérie qui pourrait être digne d’un dernier carré. Forcément, l’Algérie et la Côte d’Ivoire sont deux géants d’Afrique.

Votre pronostic ?

Je n’aime pas donner de pronostics. Je suis très mauvais dans ce genre d’exercice. Ce qui est sûr, on va bien se préparer pour avoir le meilleur résultat possible.

L’Algérie a battu le record d’invisibilité de la Côte d’Ivoire. Cela donne-t-il un avantage  aux Fennecs ou peut-il fouetter l’orgueil ivoirien ?

Chaque record est fait pour être battu. Aujourd’hui, l’Algérie est extraordinaire. C’est une génération qui arrive à maturité. Elle a un groupe qui a l’habitude d’évoluer ensemble. Ce qu’avait fait la Côte d’Ivoire dans un passé récent était incroyable. Après, cela reste un match et sur un match tout est possible. Si les deux équipes jouent à leur niveau, je pense , ça va être un match très équilibré  et avec du spectacle.

Quel est l’avantage de ces deux nations de se rencontrer déjà ?

A cette étape de la compétition, il va forcément avoir des matchs  couperet. C’est sûr qu’on aurait préféré un match Algérie-Côte d’Ivoire comme en 2019 en quart de finale ou en 2015 pour notre quart de finale. On va se rencontrer en match de poules et je dirais que le plus important, c’est de sortir des poules. Mais, ce n’est pas sur un match mais trois. Il va falloir être consistant et efficace à tous les niveaux.

La poule C qui comprend le Maroc, le Ghana, le Gabon le Comores est considérée comme le groupe de la mort ?

Effectivement ! Je pense que cette poule C est très relevée. Mais, si je regarde ce tirage au sort, il peu il y avoir des surprises dans chaque poule. Il y a des prétendants au titre dans chaque poule et des outsiders. Et pour avoir discuté avec chaque coach, tout le monde arrive avec l’intime conviction de remporter ce trophée. Ça va être un trophée très convoité comme tous les deux ans.

Quelle sera la clé dans ce groupe ?

Les six poules seront  consistantes. Le plus important sera d’arriver frais  et mentalement fort dans cette compétition. Il faudra aussi être costaud sur la durée du tournoi, mais pas sur un match. Dans  mon expérience,  toutes les équipes qui ont participé à des Coupes d’Afrique ont toujours réussi à gagner au moins un match. Et, si on veut aller loin dans cette compétition, il faut monter en puissance, être capable d’enchaîner les bonnes performances

Pour vous qui avez déjà gagné deux trophées quel est le secret pour remporte  cette édition ?

C’est l’état d’esprit du groupe. Je pense qu’on doit vraiment construire ce tournoi, on doit travailler ensemble. Bien sûr qu’il y a du talent en Afrique. Mais, ces talents, il faut les mettre au service du collectif. En janvier et février, il fait beaucoup chaud. Il faut être prêt et je dirai avoir un peu de réussite. Car un champion a besoin de réussite  pour gagner des trophées. L’harmonie du talent, la fraîcheur physique, le collectif et la chance  seront importantes pour nous dans ce tournoi au Cameroun

Quelle l’équipe la mieux armée pour remporter cette édition ?

Sincèrement, il y a beaucoup d’équipes qui peuvent prétendre soulever le trophée en février 2022. Forcément, le pays hôte a toujours un avantage  d’être à la maison. Le seul handicap, c’est de gérer la pression d’un peuple et de toute une nation derrière. Le prétendant au titre est celui qui a soulevé le titre en 2019. Et puis il y a beaucoup  d’autres équipes qui vont vendre très chères leur peau dans cette compétition. En tout cas, sachez que les Eléphants vont tout faire pour aller le plus loin possible dans cette compétition et peut-être inscrire un nouveau titre. Mais les 24 équipes ont les mêmes intentions.

Supersport

I.T.